Rechercher:

Editer - Imprimer

Aurore Rivals


fr en

FORMATION

Aurore Rivals débute ses études de flûte traversière au Conservatoire à Rayonnement Régional de Bordeaux. Elle obtient le Diplôme Professionnel de Perfectionnement Musical de flûte traversière dans la classe de Samuel Coles et de musique de chambre contemporaine dans la classe de Marie-Bernadette Charrier. Elle intègre par la suite la classe de Pierre-Yves Artaud à l’École Normale de Musique de Paris Alfred Cortot et obtient le Diplôme Supérieur de Concertiste. Parallèlement à son cursus institutionnel, elle se perfectionne auprès des flûtistes Jean Ferrandis, Philippe Pierlot et Vincent Lucas. Elle participe également à des concours nationaux et internationaux. Elle est notamment finaliste du Concours National du Jeune Flûtiste et obtient le second prix à l'unanimité du Concours Nérini.

Elle poursuit en parallèle un cursus universitaire et obtient son Doctorat de musicologie à l'Université Paris IV Sorbonne, mention très honorable avec félicitations du jury. Sa thèse est consacrée aux cinq premiers opéras du compositeur et chef d'orchestre hongrois Peter Eötvös.
Elle se voit attribuer une bourse décernée par la Fondation Peter Eötvös de Musique Contemporaine pour sa participation au 25e Festival et Séminaire International Béla Bartók de Szombathely. Sa thèse obtient le Prix Hungarica (Accessit) décerné par l'Association des Amis de l'Institut Hongrois de Paris.

VIE PROFESSIONNELLE

De 2001 à 2007, elle se produit au sein de l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine et participe notamment à La Folle Journée de Nantes ainsi qu’aux Chorégies d’Orange. En 2005, elle interprète la pièce Da caccia VI pour flûte en ut et saxophone soprano du compositeur français Didier Marc Garin avec le saxophoniste Pedro Bittencourt, dans le cadre d’un concert organisé par l’Association des Parents d’Élèves du Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud. De 2008 à 2012, elle se produit au cours de récitals solo et musique de chambre donnés dans des salles de la région parisienne telles que le Moulin d’Andé et la Salle Cortot. Elle est invitée à jouer la pièce pour flûte seule de Peter Eötvös Cadenza au Centre de Documentation de la Musique Contemporaine. En 2013, elle retourne dans sa région natale et se produit en duos avec harpe et piano, dans des lieux tels que le Château de Pécany en Dordogne et les Salons du Grand-Théâtre de Bordeaux. Elle continue à promouvoir le répertoire classique notamment dans le cadre du Festival Orgues d’été et du Printemps des Poètes. En 2015, elle s’initie aux musiques improvisées et accompagne la performance de l’artiste calligraphe Maaya Wakasugi. En 2016, elle intègre l’association Les Caprices de Marianne dont l’objectif est de rendre la musique classique accessible à tous.

En tant que romancière, son deuxième roman intitulé Les Sourieurs de l’Opéra (éditions Christian Rolland, mars 2012) est présenté au Salon du Livre de Paris. Son troisième roman intitulé Les enfants du Bassin (éditions Vents Salés, mai 2013) l’amène à effectuer de nombreuses dédicaces sur le Bassin d’Arcachon dans des lieux tels que l’Hôtel Côté sable au Cap-Ferret (animateur du débat : Pascal Bataille) et Le Moulleau. Des extraits de son quatrième roman intitulé Pôle emploi, Pôle émoi (éditions Emue, juillet 2013) sont lus par des comédiens dans le cadre du festival londonien Voilà ! Festival. Son cinquième roman intitulé Les hyènes aux portes de la cité (éditions Bijoux de Famille, novembre 2015) fait l’objet d’un concert-lecture dans le cadre de La nuit des bibliothèques 2017 à la médiathèque Jacques Ellul de Pessac. Elle est invitée à faire la promotion de ses ouvrages dans le cadre des salons Rencontres autour du livre d’Audenge, Livres en citadelle de Blaye, Les Pages du Bassin d’Arès et Musicora.
Elle écrit par ailleurs un livre d’entretiens autour des opéras de Peter Eötvös (éditions Aedam Musicae, juillet 2012) et travaille à cette occasion avec des chanteurs lyriques de renommée internationale tels que Mireille Delunsch et Topi Lehtipuu. Elle est invitée à la création de l’opéra Lady Sarashina (Opéra National de Lyon, mars 2008) et à celle de l’opéra Love and Other Demons (Opera House de Glyndebourne, août 2008).
Elle rédige également sept entrées pour le Dictionnaire universel des créatrices (éditions des femmes, novembre 2013).

En tant qu’artiste peintre, elle se consacre essentiellement à trois domaines : les paysages ; les portraits de célébrités appartenant au monde de la musique et du cinéma ; les allégories et les personnages romanesques et mythologiques. Elle utilise l’encre, l’aquarelle, la gouache, l’acrylique, le pastel sur papier et sur toile de lin. Les formats de ses œuvres s’échelonnent entre 10 × 10 cm et 100 × 195 cm.
En décembre 2015 et 2016, ses tableaux Prélude à l'Après-midi d'un Faune et Le Déshumanisé sont exposés dans le cadre de Débit d'Art 10 et 11 au Musée Georges de Sonneville de Gradignan.